Abomination commise par la 1ére. Instance de la Congregation pour la Doctrine de la Foi contra un Prêtre innocente, acusé de pederastie, et d’abord canoniquement condamné a la paine eclesiastique la plus lourde pour un membre du Clergé Catholique. Scandale pour les veritables catholiques persecutés par l’infiltration anticatholique et anticlassic .


Le Pape François poursuit son travail de « fluidification » des instances de la Curie romaine. Afin de rendre plus efficace le traitement des délits relevant de sa juridiction, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi va se voir dotée d’un collège spécial, formé de sept cardinaux et évêques, tous nommés par le Pape, mais pas nécessairement membres de ce dicastère.
L’objectif est de traiter plus rapidement les procédures judiciaires, pénales ou administratives qui remontent à Rome, concernant notamment les clercs coupables d’abus sexuels sur mineurs. En première instance, la procédure de sanction des « délits contre la foi » reste de la compétence de l’évêque pour les clercs diocésains, ou du supérieur hiérarchique, pour les religieux.
La session ordinaire de la Congrégation se dote de cette instance pour une meilleure efficacité dans l’examen des recours. Si le coupable a rang d’évêque, son recours sera examiné par la session ordinaire, laquelle pourra aussi décider de confier certains cas particuliers à l’examen personnel du Pape. D’autres cas pourront être déférés à ce collège de sept cardinaux et évêques, qui devra informer périodiquement la session ordinaire de la Congrégation pour la doctrine de la foi.
Ces dispositions entrent en vigueur dès ce 11 novembre, mais il reste à définir un règlement interne pour déterminer le mode d’opération de ce collège.
La mise en place de ce nouvel organe complète et précise les dispositions prévues par le Motu Proprio Sacramentorum Sanctitatis Tutela, promulgué par Jean-Paul II le 30 avril 2001, et mis à jour par Benoît XVI le 21 mai 2010.
A ce sujet, il faut revoir :
http://www.vatican.va/resources/index_it.htm
La sentence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme n’est pas inintéressante :
31 octobre 2014

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&
La CEDH rend justice à un prêtre accusé faussement d’abus sexuels
Un prêtre français, de la Congrégation Saint Jean, résidant en Suisse, avait été accusé faussement d’abus sexuels. La CEDH vient de lui donner raison, après 6 années !, et de condamnner la Suisse.

Ce prêtre écrit :
“En réponse à la requête que j’avais adressée à la Cour européenne des droits de l’homme (CrEDH), par mon avocat à Genève, Me Thomas BARTH, la CrEDH a rendu un arrêt le 28 octobre 2014, par lequel elle condamne la Suisse pour violation de la présomption d’innocence, me donnant ainsi pleine et entière satisfaction.
Une ordonnance de classement juridiquement inacceptable
En présentant ma requête, je contestais radicalement la manière dont l’ancien procureur général de Genève Daniel ZAPPELLI avait rendu, le 28 septembre 2008, une ordonnance de classement me concernant. En effet, loin de se limiter, comme il aurait dû le faire, à la pure et simple constatation de la prescription des prétendus faits d’abus sexuels dont m’accusaient deux plaignantes et que j’ai toujours totalement contestés, il s’est permis d’affirmer dans son ordonnance, de la manière la plus scandaleuse qui soit, que j’avais commis des abus de détresse à l’égard de ces deux plaignantes.
Comme il se devait, ladite ordonnance de classement du procureur ZAPPELLI a d’abord été contestée devant l’ancienne Chambre d’accusation de Genève, puis devant le Tribunal fédéral, sans que justice ne me soit rendue, de sorte que c’est aujourd’hui la Suisse qui se trouve condamnée par la CrEDH pour violation de la présomption d’innocence. De fait, comment la CrEDH aurait-elle pu accepter que dans un État de droit je me trouve ainsi déclaré coupable par un procureur, sans que les prétendus faits dont je me voyais accusé n’aient pu donner lieu à aucune instruction, aucune procédure contradictoire, aucun jugement rendu par un tribunal compétent ?
Ma réputation détruite par l’ordonnance de classement
Au terme d’un très dur et long combat qu’il m’a fallu mener durant pas moins de six ans, il m’importe encore de dire avec force à quel point l’ordonnance de classement telle qu’elle fut rédigée par le procureur ZAPPELLI a été destructrice pour moi. En effet, cette ordonnance fut immédiatement communiquée à la presse qui en a fait largement état. De la sorte, elle venait accréditer et renforcer le véritable lynchage médiatique dont j’étais victime depuis janvier 2008. Mon honneur et ma réputation s’en trouvaient ainsi profondément détruits.
Usage scandaleux de l’ordonnance de classement dans la procédure canonique
Par ailleurs, l’ordonnance fut aussi communiquée à celui qui, en janvier 2008, avait dénoncé, de manière pour le moins suspecte, au procureur ZAPPELLI les prétendus faits dont j’étais accusé, à savoir Nicolas BETTICHER qui était, à l’époque, official (juge ecclésiastique) pour le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg. Or celui-ci et/ou son  successeur à l’officialité de Fribourg n’a pas manqué d’utiliser par la suite cette ordonnance pour que soit engagée contre moi une procédure canonique (procédure disciplinaire pénale interne à l’Église catholique romaine). Je me suis ainsi trouvé victime d’une injustice criante, calomnié, réduit à néant (j’ai dû, suite à cette affaire, comme tous mes frères de la communauté de Genève, quitter la paroisse Saint-François dont j’étais curé), accablé, sans aucune possibilité de me faire entendre, ayant épuisé tous les recours possibles.

J’ai pu alors constater que l’ordonnance de classement du procureur ZAPPELLI était devenue le fondement de toute la procédure canonique : il était entendu une fois pour toutes que j’étais coupable puisque le procureur de Genève l’avait déclaré dans son ordonnance ! Dans ladite procédure canonique les affirmations gratuites du procureur lues dans l’ordonnance de classement étaient élevées au rang de preuve de ma prétendue culpabilité ! C’est ce procédé scandaleux qu’il me faut dénoncer une fois de plus aujourd’hui, avec, désormais, l’appui de l’arrêt rendu par la CrEDH qui réduit à néant toute la procédure canonique que j’ai eu à subir.
Je n’avais pourtant pas manqué d’avertir à maintes reprises l’autorité ecclésiastique, jusqu’au plus haut niveau (à Rome), que l’usage qui était ainsi fait de l’ordonnance de classement du procureur ZAPPELLI était parfaitement inacceptable, aussi longtemps du moins que la CrEDH ne s’était pas prononcée à son sujet. Mon énergique protestation n’a malheureusement jamais été entendue, ce que je ne peux que déplorer amèrement. De sorte qu’au terme de l’instruction menée par l’officialité de Fribourg, la Congrégation pour la doctrine de la foi m’a, dans un premier temps, condamné à la démission de l’état clérical, la sanction la plus lourde qui puisse être infligée à un prêtre. Fort heureusement, le recours que j’ai aussitôt formé à l’encontre de cette décision inique a finalement abouti à l’annulation de cette condamnation.
Une décision de la juridiction des Prud’hommes
Parallèlement, une décision de la juridiction des Prud’hommes de Genève intervenait dans
le même temps, condamnant la société Église catholique romaine de Genève, mon employeur à l’époque, pour la faute majeure commise par elle en 2008 : elle n’avait alors strictement rien fait pour me défendre alors que mon honneur était publiquement bafoué et que la presse allait jusqu’à faire courir à mon sujet des rumeurs fallacieuses de pédophilie ! Pas même un démenti ne fut apporté par l’Église à ces rumeurs insensées, alors que l’official BETTICHER avait une parfaite connaissance, depuis novembre 2007, de l’âge des deux plaignantes : il savait donc que l’une et l’autre étaient adultes à l’époque des prétendus faits allégués par elles.
L’arrêt de la CrEDH me réhabilite totalement
Mais c’est l’arrêt que rend aujourd’hui la CrEDH qui achève de me réhabiliter, puisqu’il réduit à néant tout ce qui dans l’ordonnance de classement du procureur ZAPPELLI a servi de fondement à la procédure par laquelle le juge ecclésiastique de Fribourg a cherché à me faire condamner. Je redis avec force que sans cette ordonnance de classement aucune procédure canonique n’aurait jamais pu être engagée à mon encontre : c’est, en effet, dans les affirmations du procureur, écrites dans l’ordonnance, que le juge ecclésiastique a
puisé les prétendues preuves de ma culpabilité !
Le sens de mon combat
La victoire que je remporte aujourd’hui devant la CrEDH, la réhabilitation que j’obtiens de la sorte donnent tout son sens au très dur combat qu’il m’a fallu mener durant six années. Je l’ai fait :
– pour défendre mon honneur, ainsi que la justice et la vérité, dans une affaire où j’ai à eu à subir la pire des injustices, la condamnation la plus lourde qui puisse être infligée à un prêtre ;
– pour défendre également les très nombreuses personnes que j’ai eu à soutenir durant de longues années dans l’exercice de mon ministère de prêtre et qui se trouvaient, par le fait même, atteintes, elles aussi, par la très lourde injustice dont j’étais victime ;
– pour défendre enfin l’institution de l’Église catholique romaine à laquelle j’appartiens, restant plus attaché que jamais à la tradition spirituelle qu’elle promeut.
Comment ne pas reconnaître qu’elle se doit, plus qu’aucune autre institution, de défendre la présomption d’innocence et de garantir les droits de la défense qui doivent être pleinement respectés dans toute procédure pénale quelle qu’elle soit ?
Annulation par la justice ecclésiastique de toute condamnation
Au lendemain de la décision rendue en ma faveur par la juridiction des Prud’hommes de Genève, l’évêché de Fribourg avait tenté de se défendre en faisant valoir qu’en jugeant le recours que j’avais formé devant elle, la Congrégation pour la doctrine de la foi avait substitué à la peine de démission de l’état clérical un « remède pénal » et que je restais donc condamné par l’Église. Une clarification s’impose à ce sujet. Selon les dispositions du Code de droit canonique (la législation interne de l’Église catholique romaine), un « remède pénal » représente la mesure la plus minime qui puisse être prise à l’encontre d’un prêtre et consiste dans une simple « monition canonique » – en d’autres termes, un avertissement. Plus précisément, elle repose sur un simple « soupçon » qui pourrait peser sur un prêtre. (Et il faudrait, d’ailleurs, se demander au passage quel ordre juridique digne de ce nom pourrait prévoir quelque mesure disciplinaire que ce soit sur la base d’un simple soupçon ! Comme institution, l’Église catholique ne gagnerait-elle pas à réformer sur ce point entre autres sa législation ?) Quoi qu’il en soit, est-ce à dire que j’étais encore soupçonné à l’époque ? Mais aujourd’hui que l’arrêt rendu par la CrEDH rétablit à mon égard une pleine et entière présomption d’innocence, plus aucun soupçon ne tient. A fortiori, qui donc oserait prétendre que je reste condamné à quoi que ce soit ?
Ce sont donc trois victoires successives qui me donnent aujourd’hui une pleine et entière réhabilitation :
– Le décret de la Congrégation pour la doctrine de la foi du 12 décembre 2012, qui casse la sentence de condamnation de démission de l’état clérical, en écartant tous les motifs de condamnation qui avaient été faussement mis en avant ;
– le jugement rendu par la juridiction des Prud’hommes de Genève le 13 mars 2013 ;
– et enfin l’arrêt rendu aujourd’hui par la CrEDH qui, en condamnant la Suisse pour violation de la présomption d’innocence, réduit à néant tout ce qui a été entrepris pour me faire condamner.”

 

Anuncios

Acerca de ricardodeperea

Nacido en Sevilla, en el segundo piso de la casa nº 8 (después 18) de calle Redes de Sevilla, el 21 de Septiembre de 1957. Primogénito de D. Ricardo, tenor dramático de ópera (que estuvo a punto de hacer la carrera en Milán), y pintor artístico; y de Dñª. Josefina, modista y sastre ( para hombre y mujer), mas principalmente pintora artística de entusiata vocación. Desafortunadamente dedicóse tan abnegadamente a su familia y hogar, que poco pudo pintar, pero el Arte, el retrato, dibujo y pintura fueron su pasión hasta la muerte, que la sorprendió delante de un óleo de San Antonio de Escuela barroca sevillana, y al lado de una copia, hecha por mi padre, de la Piedad de Crespi, en tiempo litúrgico de San José. Seminarista en Roma, de la Archidiócesis de Sevilla desde 1977-1982, por credenciales canónicas de Su Eminencia Revmª. Mons. Dr. Don José María Bueno y Monreal. Alumno de la Pontificia Universidad de Santo Tomás de Aquino en Roma, 1977-1982, 1984, por encomienda del mismo Cardenal Arzobispo de Sevilla. Bachiller en Sagrada Teología por dicha Universidad (Magna cum Laude), donde hizo todos los cursos de Licenciatura y Doctorado en Filosofía (S.cum Laude), y parte del ciclo de licenciatura en Derecho Canónico (incluido Derecho Penal Eclesiástico). Ordenado de Menores por el Obispo de Siena, con dimisorias del Obispo Diocesano Conquense, Su Exciª.Rvmª. Mons. Dr. en Sagrada Teología, D. José Guerra y Campos. Incardinado en la Diócesis de Cuenca (España) en cuanto ordenado "in sacris", Diácono, por Su Exciª.Rvmª. Mons. Dr. en Sagrada Teología, D. José Guerra y Campos, el 20 de Marzo de 1982. Delegado de S.E.R. Mons. Pavol Hnilica,S.J., en España. Ordenado Presbítero, por dimisorias del mismo sapientísimo, piadoso e insigne católico Doctor y Obispo Diocesano conquense, el 8 de Enero de 1984 en la Catedral de Jerez de la Frontera (Cádiz), por Su Exciª. Rvmª. Mons. D. Rafael Bellido y Caro. Capellán Castrense del Ejército del Aire, asimilado a Teniente, y nº 1 de su promoción, en 1985. Fue alumno militarizado en todo, en la Academia General del Aire de San Javier (Murcia), destinado al Ala nº 35 de Getafe, y después a la 37 de Villanubla (Valladolid); luego de causar baja, como también el nº 2 de la promoción, a causa de encubiertas intrigas políticas pesoistas [ocupó pués, así, la primera plaza el nº 3, primo del entonces presidente de la Junta de Andalucía, un Rodríguez de la Borbolla] en connivencia con el pesoista Vicario Gral. Castrense, Mons. Estepa. Fue luego adscrito al Mando Aéreo de Combate de Torrejón de Ardoz. Párroco personal de la Misión Católica Española en Suiza, de Frauenfeld, Pfin, Weinfelden, Schafhausen, ... , y substituto permanente en Stein am Rhein (Alemania) . Provisor Parroquial de Flims y Trin (cantón Grisones), en 1989-90; Provisor Parroquial (substituto temporal del titular) en Dachau Mittendorf y Günding (Baviera), etc.. Diplomado en alemán por el Goethe Institut de Madrid y el de Bonn (mientras se hospedaba en la Volkshochschule Kreuzberg de esa ciudad renana) . Escolástico e investigador privado en Humanidades, defensor del Magisterio Solemne Tradicional de la Iglesia Católica y fundamentalmente tomista, escribe con libertad de pensamiento e indagación, aficionado a la dialéctica, mayéutica de la Ciencia. Su lema literario es el de San Agustín: "In fide unitas, in dubiis libertas et in omnibus Charitas". Ora en Ontología, ora en Filosofía del Derecho y en Derecho Político admira principalmente a los siguientes Grandes: Alejandro Magno (más que un libro: un modelo para Tratados) discípulo de "El Filósofo", Aristóteles, Platón, San Isidoro de Sevilla, Santo Tomás de Aquino, los RRPP Santiago Ramírez, Cornelio Fabro, Juán de Santo Tomás, Domingo Báñez, el Cardenal Cayetano, el Ferrariense, Domingo de Soto, Goudin, los Cardenales Zigliara y González, Norberto del Prado; Friedrich Nietsche, Martin Heidegger ; Fray Magín Ferrer, Ramón Nocedal y Romea, Juán Vázquez de Mella, Enrique Gil Robles, Donoso Cortés, Los Condes De Maistre y De Gobineau, el R.P. Taparelli D'Azeglio; S.E. el General León Degrelle, Coronel de las SS Wallonien, Fundador del Movimiento católico "Rex", el Almirante y Excmº. Sr. Don Luis Carrero Blanco (notable pensador antimasónico, "mártir" de la conspiración de clérigos modernistas, y afines, suvbersivos, y de la judeleninista ETA), S.E. el Sr. Secretario Político de S.M. Don Sixto (Don Rafael Grambra Ciudad), los Catedráticos Don Elías de Tejada y Spínola y Don Miguel Ayuso, entre otros grandes pensadores del "Clasicismo Natural" y "Tradicionalismo Católico"; Paracelso, el Barón de Evola, etc. . En Derecho Canónico admira especialmente a Manuel González Téllez y Fray Juán Escobar del Corro; Por supuesto que no se trata de ser pedisecuo de todos y cada uno de ellos, no unánimes en un solo pensamiento ("...in dubiis libertas"). Se distancia intelectual, voluntaria, sentimental y anímicamente de todo aquel demagogo, se presente hipócriamente como "antipopulista" siendo "polulista", o lo haga como antifascista, "centrista", moderado, equilibrado, progresista, moderno, creador y garante de prosperidad, o como lo que quiera, el cuál, sometiéndose a la mentira sectaria, propagandística y tiránica, inspirada en cualquiera de las "Revoluciones" de espíritu judío (: la puritana cronwelliana (1648,) la judeomasónica washingtoniana (1775), la judeomasónica perpetrada en y contra Francia en 1789, y las enjudiadas leninista y anarquista), ataque sectariamente o vilipendie a Tradicionalistas, franquistas, Falangistas, Fascistas, Nacionalsocialistas, Rexistas, etc., o se posicione nuclearmente, a menudo con la mayor vileza inmisericorde, y a veces sacrílega, contra mis Camaradas clasicistas ora supervivientes a la Gran Guerra Mundial (1914-1945), ora Caídos en combate o a resultas; se considera y siente parte de la camaradería histórica y básica común con los tradicionalismos europeistas vanguardistas de inspiración cristiana (al menos parcial), y con sus sujetos, aliados de armas contra la Revolución (jacobina, socialista, comunista, anarquista).
Esta entrada fue publicada en "INQUISICION" ROMANA Y CASO DEL SACERDOTE CATOLICO RICARDO DE PEREA, DERECHO CANONICO, Derecho Natural/Derecho, EL SISTEMA, INQUISICION ROMANA MODERNA, POLITICA & IGLESIA CATOLICA, SIONISMO Y SIONISMO DEGENERADO O PROTOCOLOSIANO, TRADICIONALISMO, Uncategorized. Guarda el enlace permanente.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s