CONSPIRACION SIONISTA PROTOCOLOSIANA PARA LA PREPARACION Y VIABILIZACION DE LA MATANZA DE CHARLIE HEBDO. EL NUEVO PROTOCOLO TACITO SECRETO DEL JUDEOMASONICO CONSEJO SUPREMO SIONISTA DEL FUTURO MESIAS Y PARA LA PROMOCION E INSTRUMENTALIZACION DEL SALAZISMO (Yihadismo) SUNÍ Y TERRORISMO ISLAMICO SOBRE TERRITORIO JUDEOYANKIEUROPEO Y ASIMILADOS (CANADA,AUSTRALIA, …) .


Rate This

LOS DIBUJANTES ASESINADOS DE CHARLIE HEBDO NO HAN SIDO “MÁRTIRES” DE LA LIBERTAD ETICA DE EXPRESION, SINO VICTIMAS DE INMERECIDO ASESINATO POR PARTE DE FANATICOS MAHOMETANOS CRUELES Y CRIMINALES. PERVERSA INTERPRETACION DEL pRESIDENTE DE LA rEPUBLICA.

La matanza de la cúpula redactora de Charlie Hebdo, debía haber servido para que el presidente de la república judeomasónica francesa condenara esos asesinatos por ser tales, es decir, para que el presidente condenara un sangriento crimen contra el derecho a la vida de los hombres que resultaron víctimas del mismo. El delito ha sido de grave violación de la Ley Natural y de los en ella implícitos Derechos Fundamentales de las Víctimas, como el derecho a la vida y a no ser privadamente legislados, dominados, juzgados, condenados y ejecutados por extranjeros usurpadores de las atribuciones de legislación positiva,  gobernación y punición que son competencia del Estado Francés del que dependían naturalmente los franceses asesinados. En cambio, en vez de ver en el atentado un ataque letal a seres humanos que tenían derecho a seguir viviendo, pues esa era la Voluntad de Dios expresada a través de su Ley Natural, tenían derecho fundamental, de hecho, a no ser asesinados, los dogmatistas de la Revolución Francesa y su heredera la V República del franchute De Gaulle y sus discípulos hablan principalmente de un ataque al corazón de la República y a la libertad de expresión; en vez de expresar la realidad de que se trataba de una agresión cruenta a un grupo de ofensores de la dignidad humana del hombre que fue Mahoma, una asalto motivado por el ánimo exacerbado de venganza contra un abuso (en términos éticos de Moral Natural) de la libertad de expresión, es decir, por un libertinaje en la manifestación de ideas, el atentado es presentado como un acto injusto principalmente contra un acto justo (la divulgación de caricaturas obscenas de mahoma) al que las víctimas tenían derecho haciendo uso moral y civilmente legítimo de su libertad de expresión. Se trata de un atentado movido directamente por indignación ante lo que los agresores están convencidos de que es blasfemia, debido al error que profesan, de retener profeta a mahoma, teniendo ellos el legítimo deseo de justicia y el ilegítimo propósito de tomarse la justicia por su mano aplicando una medida (injusta por desproporcionada y gnoseológicamente infundada) máxima de castigo, infligiendo la pena de muerte a los ofensores; sinembargo, a pesar de esa evidencia, el presidente de la propaganda judeomasónica pervierte la realidad, presentando el crímen como un delito cometido “contra Francia”, como un “golpe al corazón de Francia”, un atentado con la intención primordial de agredir a Francia , a su República y a la legítima “Libertad de expresión” (“c’est la République toute entière qui a été agressée. La République, c’est la liberté d’expression. La République, c’est la culture, c’est la création, c’est le pluralisme, c’est la démocratie. C’est cela qui était visé par les assassins.”).                                                         En lugar de defender el derecho a la vida de franceses sin actividad delictiva según el derecho positivo,  el presidente de ese régimen republicano detestable, la prensa francesa de ese “nuevo régimen” y la española de “los partidos de la casta” se lanzan a defender el derecho a la sátira insultante, provocativa, injustamente hiriente de los sentimientos religiosos de los mahometanos. Han salido en Tv. numerosas viñetas de Mahoma, en alguna de ellas desnudo, en pompa y dispuesto a ser anal o “vaginal”y gratamente penetrado  por un personaje grotesco (Segolene Royal congenitales masculinos expuestos), colocado detrás. Igualmente se han visto horribles caricaturas de clérigos católicos, incluidos el Papa, Cardenales y Obispos con ornamentos sagrados, o con hábitos clericales. En las noticias de las 21 horas del pasado 7,  en el canal 13 Tv, de la Conferencia Episcopal Española, el locutor declamaba, horas después, una editorial en que literalmente, sin sombra alguna de duda, defiende lo que llama”el derecho a la blasfemia”, sin paliativos de ninguna clase, y en la mísma línea se expresan libremente contertulios de la misma cadena. Nunca creí que esta gente pudiera llegar a tan alto grado de inconsciencia, depravación y manipulación. El presidente del Gobierno español declaraba oficialmente que los hombres que fueron asesinados “no habían hecho nada” malo. El día 10, en las noticias del canal CUATRO, salían manifestaciones de gente con carteles “Je suis Charlie”, y se ha visto uno que pone “Je suis Charlie et juif”. Lo que debía haber sido defensa de la vida y el órden, se ha convertido en defensa del heroísmo laicista, irreverente, insultante y provocativo, de la agresión injuriosa, del libertinaje y del mundo judío.

PROVINCIANISMO DE LA POSICION DE LOS PARTIDOS DOMINANTES EN JUDEOLANDIA

Por cierto que no han dicho ni pío esas “autoridades” de los atentados que simultáneamente han sido cometidos fuera de Francia y contra mahometanos, pobres víctimas inocentes del mismo terrorismo, en mayor número e igualmente dignas de compasión, si bien los mahometanos están castigados por Dios a “beber los venenos” de su propia secta religiosa coránicamente fanática.

HIPOCRESIA DE LA POLITICA DE GOBIERNO REVOLUCIONARIO REPUBLICANO FRANCES. DOBLE RASERO EN CONCRETAR Y DEFENDER LA DENOMINADA LIBERTAD DE EXPRESION

El mensaje de Hollande y de los viciosos del régimen ha sido masivamente hecho no tanto para defender el derecho a la vida y el respeto a la jurisdicción penal y legislación positiva criminal francesa en esa materia, cuanto para defender la labor y el ideal satíricos concretos que esos desaprensivos afirman concretar la libertad de expresión, buena y merecedora de protección, defensa ideológica y elogio moral y cultural. Hay que ser cínica una república que se autoelogia como de plena libertad de expresión y que en noviembre de 1970 prohibió, por órden del mismísimo Ministerio del Interior de dicha hipócrita república, la portada de “Hara Kiri Hebdo” porque, coincidiendo la muerte del infame De Gaulle con el suceso de la discoteca Colombay que se saldó con 149 muertos, los que el presidente Holland llama valientes … habían escrito un titular que decía: “Baile trágico en Colombay: un muerto”, presuntamente en referencia satírica a la muerte de De Gaulle. Acosados por el gobierno de la hipócritamente libertaria república, los entonces perseguidos por el régimen republicano francés y sus tiranos  pero hoy proclamados héroes de la libertad de expresión por sus viñetas vejatorias de Mahoma y del Clero Católico tuvieron que cerrar la revista y fundar otra, que, en realidad, iba a ser la misma pero con el nombre nuevo de “Charlie Hebdo”. ¿Porqué mahoma sí( en caricaturas exageradas), y De Gaulle no (en una frasecilla leve en comparación con las peores viñetas contra otros hombres prominentes)? Porque uno es enemigo de vuestro régimen de libertinaje sectario y tiranía contra toda oposición a él y De Gaulle es fundador de vuestra república judeomasónica sectaria. Ya que os gusta tánto la sátira y contra personajes, me permitireis, oh enemigos, dos preguntas ¿Porqué el desnudo de mahoma en pompa de Sodoma sí, y el cuerpo de De Gaulle no? Acaso era mahoma más feo, desproporcionado, rechoncho y repugnante que De Gaulle? Proclamais la libertad de expresión, ironía y sátira, cuando se trata de “animales de manada ajena”, e invocais el derecho al Honor y a la intimidad y apelais al código penal que prohibe la injuria y la calumnia, cuando se trata de “puercos de vuestra propia piara”. ¿Os gusta las imágenes?. A mí sí, nos gusta a los españoles en general el cerdo ibérico, si bien hay una diferencia con vosotros que avergonzais a los franceses de pura sangre y honradez, es distinto el gusto por cerdos y el gusto de ser cerdo. Yo también defiendo la sátira y la ironía, y hasta creo que las caricaturas suecas de mahoma hacían justicia a este hombre violento, heresiarca, sectario y fanático, dicho esto sin ánimo alguno de ofenderlo, y con la sola voluntad de decir la verdad, ajustada a la realidad que es la cruda, es la censurable, es la que escandaliza y ha de escandalizar a los hombres de bien y sana inteligencia, pues censurable es una mala conducta y no la verdad verbal  que expresa que existe dicha mala conducta y que es mala en realidad o de hecho.                                                                          Un caricaturista del ‘Charlie Hebdo’ Bernard Willen Holtrop, cofundador de la revista, ha dicho que de repente muchos políticos dirigentes que no eran afectos a Charlie (cuando estaban vivos los caricaturistas después asesinados), se han convertido en los nuevos amigos del semanario. “Vomitamos sobre todos esos que ahora afirman que son nuestros amigos”, dijo el domingo pasado.

HIPOCRESIA Y DOBLE RASERO DE LA DIRECCION DE LA REVISTA CHARLIE HEBDO EN TORNO AL RESPETO Y LIBRE EJERCICIO DE LA LIBERTAD DE EXPRESION. FAVORITISMO HACIA EL JUDAISMO Y REPRESION SECTARIA DE QUIENES LO CRITIQUEN CON RAZON O SIN ELLA.

El verdaderamente libre caricaturista Siné fue perseguido encarnizadamente y hostigado hasta límites de un despojamiento y una condena y crueldad inauditas, por haber bromedado profesionalmente, de soslayo, con la conversión al judaismo de un hijo del mediojudío Sarkozy, conversión de cuya sinceridad duda el humorista, el cuál sospecha que se trataba más bien de una maniobra oportunista motivada por intereses económicos.

El Director de la revista lo hechó después de que el caricaturista se negase a disculparse. Este ¿Héroe de la verdadera libertad de expresión de todos y para todos y a cerca de todos? contestó al Director, con su vulgar estilo sarcástico: “Preferiría cortarme los cojones, a retractarme o pedir disculpas”.  Así que, Sr. Director, que en paz descanse, vilmente asesinado después por secuaces del violento heresiarca, cuya muerte lamento sincera y profundamente sin ironía de ninguna clase, ¡De clérigos católicos y de mahometanos en Charlie Hebdo sí se puede dibujar y escribir de todo y de lo más obsceno, pero de los judaistas no! ¡De las religiones sí, menos de la judaica! Más aún: de los goim sí, de los judíos no. He ahí la hipócrita e injusta política sionista protocolosiana que animaba la dirección de esa revista. A continuación reproduzco un artículo de Le Monde aparecido un par de semanas antes de los atentados recientes de París:

 <<  “Charlie Hebdo” condamné pour le licenciement abusif du dessinateur Siné

Le Monde.fr avec AFP | 10.12.2010 à 10h29 • Mis à jour le 10.12.2010 à 10h33

image: http://s2.lemde.fr/image/2008/07/23/534×267/1076563_3_09f1_le-caricaturiste-sine-pose-le-17-juillet.jpgLe caricaturiste Siné pose, le 17 juillet 2008, à son domicile de Vinnemerville, en Seine-Maritime.

La société éditrice de Charlie Hebdo a été condamnée par le tribunal de grande instance de Paris pour avoir rompu abusivement le contrat de collaboration qui la liait depuis seize ans avec le caricaturiste Siné, selon un jugement consulté jeudi par l’AFP. Les éditions Rotatives devront verser 40 000 euros de dommages et intérêts à Maurice Sinet, dit “Siné”, et publier la condamnation dans Charlie Hebdo.

Siné avait été licencié après une chronique publiée le 2 juillet par Charlie Hebdo, dans laquelle il ironisait sur une éventuelle conversion au judaïsme de Jean Sarkozy : Il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit !”

C’est dans les pages de l’hebdomadaire que le caricaturiste apprenait le 16 juillet son renvoi. Le directeur de la publication, Philippe Val, justifiait alors la fin de la collaboration en arguant que les propos de Siné “pouvaient être interprétés comme faisant le lien entre la conversion au judaïsme et la réussite sociale, et ce n’était ni acceptable ni défendable devant un tribunal”.

Siné avait alors assigné Charlie Hebdo en justice pour rupture abusive de contrat. Il réclamait 148 000 euros de dommages et intérêts. Dans un jugement rendu le 30 novembre, la 3e chambre civile du TGI de Paris lui a donné raison.

PRÉJUDICE ÉCONOMIQUE ET MORAL

D’abord, le tribunal a considéré qu’“il ne peut être prétendu que les termes de la chronique de Maurice Sinet sont antisémites, ni que celui-ci a commis une faute en les écrivant”. D’autant que la chronique avait été soumise à la relecture du directeur de la publication, Philippe Val.

“Il ne pouvait être demandé à Siné de signer et faire paraître une lettre d’excuse”, poursuit le tribunal, qui reproche à Charlie Hebdo d’avoir licencié Siné sans lui avoir adressé de préavis.

Les magistrats parisiens ont évalué le préjudice économique du caricaturiste à 20 000 euros. En outre, ont-ils jugé, “la médiatisation de la rupture et le caractère humiliant de son annonce apprise en même temps que les lecteurs par la publication du numéro du 16 juillet 2008, ont causé à Siné un préjudice moral qu’il convient d’indemniser en lui allouant la somme de 20 000 euros”.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2010/12/10/charlie-hebdo-condamne-pour-le-licenciement-abusif-de-sine_1451578_3236.html#APffKKb4VpwOM2CB.99   >>

OFENSIVA DE HIPOCRITA POLITICA CONTRA LA LIBERTAD DE EXPRESION CACAREADA POR QUIENES LA DENOSTAN, COARTAN Y HOSTIGAN. A LA CAZA DE LA GACELA “Liberté”.

Ya se apresuran los ministros de interior francés y español a extremar las reformas legislativas  jurídicas, de procedimientos policial y judicial, para, so pretexto de combatir eficazmente el terrorismo, restringir aún más las libertades cívicas, como lo hicieron tras el atentado de las torres gemelas, con nueva legislación que restringía el derecho al “Habeas corpus” y otros de rango similar. Desde entonces Guantánamo y las cárceles secretas de la CIA ubicadas en Polonia y otros países de judeolandia constituían una avanzada fase de hipócrita tiranía y tortura, absolutamente contra los principios llamados democráticos, contra el lema “Libertad, Igualdad, Fraternidad”, contra la más elemental Seguridad Jurídica del hombre, contra todo Derecho Natural y “Ius Gentium” y contra todo atisbo de decencia, nobleza y Civilización.

EL PROYECTO PERVERSO, INDUCIDO DE LOS HECHOS:

 

PROTOCOLO SECRETO RECONSTRUIDO POR INDUCCION, DEL CONSEJO SUPREMO PREPARATORIO DEL ADVENIMIENTO DEL MESIAS DEL PRINCIPE DE ESTE MUNDO.

INTRODUCCION:

I.- La opinión pública está dividida en Europa y Occidente. Su población no está motivada para participar masivamente en la guerra contra el rebelde islam. Los partidos políticos también están demasiado divididos, resistiéndose en parte a nuestro pensamiento único, y, al mismo tiempo aumenta la animosidad contra los judíos. Es necesario el apoyo de los partidos nacionalistas y afines, oficiosa pero realmente antijudíos, que a la vez son antisemitas, antiárabes, antimahometanos. Hay que decantarlos contra los musulmanes de manera que soslayen su militancia contra nosotros; han de ver al islam como el mayor y más inmediato peligro para la libertad y la vida de los occidentales, de modo que se puedan aliar con Nos para la erradicación del islam en el mundo.

Ante el avance del Estado Islámico para la constitución de un nuevo Califato independiente de la gobernación oficiosa eficaz de nuestra organización para la hegemonía mundial absoluta del Sionismo y perpetua esclavitud de los goim es necesaria la participación bélica completa de los paises de nuestra judeolandia, en especial de la Europa a Nos sometida, que se una a Yankilandia (USA), Canadá y Australia.

II.- A tal efecto han de ser promovidos y viabilizados secretamente atentados salazistas en dichos paises, para lo cuál se dará libertad de movimientos a individuos potencialmente terroristas idóneos. Se empieza en Canadá y Australia, pero el golpe maestro se habrá de dar en París, símbolo de la Revolución Francesa y el nuevo régimen que fundaron nuestros padres judíos y sus servidores francmasones.

III.- Los objetivos concretos terroristas habrán de ser lo más impactantes posible, que afecten a la identidad de los paises y naciones en que sean perpetrados, de modo que los pueblos europeos y de orígen europeo, con capacidad militar destacada, se sientan agredidos y amenazados profunda, directa y actualmente.

III.- Dichos objetivos han de ser particularmente atractivos a los musulmanes, y los atentados consumados han de alegrar sobremanera a los mahometanos, de modo que sean fuertemente tentados a expresarse a favor de los crímenes, y organizaciones nebulosas como Alkaeda se sientan vivamente inclinadas a reivindicar la preparación y ejecución de los atentados.

PLAN PARA FRANCIA EN 2015

I.- Nuestros subalternos de Charlie Hebdo, una vez que han aceptado el proyecto de provocación a los musulmanes, y han publicado las obscenas viñetas contra Mahoma llevadas al extremo de poner a ese árabe de marica desnudo y fantoche a encular, están ya mentalizados de que es muy útil que sean mártires de nuestro plan para la involucración total de Francia contra el islam rebelde a sometérsenos y obstáculo a nuestra dominación universal. No deben pedir más protección policial, continuarán su labor antimahoma y seguirán pacíficamente dispuestos a ser inmolados por nuestra causa.

II.- La centinela ante la sede de Charlie Hebdo será mínima (dos guardias). El edificio de la redacción de la revista no tendrá barrera de control, nada de cristales antibalas, ni escáneres, ni guardia interna bien pertrechada. El acceso a la sala de redactores será fácil incluso para un solo atacante.

III.- Los hermanos Chérif y Said Kouachi son idóneos a este plan. Chérif fue condenado en 2008 a tres años de cárcel por pertenecer captar sistemáticamente a musulmanes para Al Qaeda en Irak. Said, regresado de entrenarse militarmente en Yemen y probablemente guerrear , no será apresado, al contrario de lo que es ordinario hacer en estos casos incluso en España (los “repatriados” son inmediatamente encarcelados). Se les dejará en libertad, no se registrará sus casas y se permitirá que tengan fácil acceso a armas de combate.

IV.- A la par que sea emprendida la masacre de los redactores de Charlie Hebdo, durante su próxima reunión plenaria, será elegido un establecimiento judío y judaista, a ser posible un supermercado de comida judía, al que acudan judaistas.

V.- Policías de la Gendarmería francesa, tan querida en Francia, han de quedar expuestos, pues interesa haya víctimas policiales que pongan al Estado Francés y su República como víctimas.

VI.- Uno de nuestros agentes inducirá los crímenes, propondrá dichos objetivos facilitados. Preferiblemente sea una mujer, con poder de seducción.  Hayat Boumedienne, nacida el 26 de Junio de 1988, de Villiers-sur-Marne. Su juventud, belleza y determinación serán muy útiles. Casada con un babeante, provocará al marido para que, o se vuelva temerario y demuestre ser muy musulmán, y atente, haya de ser abandonado por su esposa, que lo anenazará con marcharse ella mísma al norte africano. (“Elle affirme que son compagnon n’est « pas vraiment très religieux » et qu’il « aime s’amuser ». Lui envisageait de prendre une seconde épouse.” Le Parisien, 10-1-15).

VII.-Los terroristas deben morir, han ser ser abatidos a toda costa, incluso si tratan de huir; pero a Hayat se le facilitaré la salida del país, por vía rápida, aerea. Cuando surjan las protestas, se alegará errores graves de coordinación. Aunque en los controles policiales de los aeropuertos se tenga ya, lógicamente, la foto de Hayat, hágase “la vista gorda”, y para ello provéase dichos puestos de vigilancia, de agentes fieles. Hayat, con la aureola de heroina salazista nos será muy útil como infiltrada en el Estado Islámico y cualesquiera otras sociedades terroristas islámicas.

VIII.- Apenas se produzcan los asesinatos las autoridades públicas, especialmente el presidente de la república, han de presentar los crímenes como atentados contra la libertad de expresión y los valores universales de libertad y democracia de la república laica francesa, y contra el inocente pueblo judío víctima de la barbarie y el ánimo asesino antisemita y genocida, al mismo tiempo que serán exhibidas profusamente las caricaturas contra mahoma. “Je suis Charlie et juif” será nuestro lema. La extensa exhibición de las caricaturas habrá de provocar la adhesión de salazistas y chiís a la matanza que verán cual venganza justa contra “grandes blasfemos”.

IX.- El atentado será atribuido a Alkaeda, si Isis no se lo irroga.

X.- El presidente de nuestra república judeomasónica pedirá unidad nacional e internacional, y de todos los partidos, contra el salazismo y contra quienes se expresen contra la libertad de expresión contraria a mahoma, los fanatismos religiosos y las religiones (menos la judaista, que mantenemos a salvo, de hecho, a través de nuestro contradictorio pero eficaz régimen de demagogia, favoritismo y terror penal). Se proseguirá extendiendo la represión a nazis y fascistas, y a tradicionalistas que tengan puntos coincidentes en materia de antisionismo, antijudaismo, o antidemocratismo, y que convenga reducir a condición carcelaria y miserable, privándole así de la buena fama, de la normalidad de medios de subsistencia y de una ordinaria disponibilidad de medios con los que expresarse e influir en la sociedad a Nos sometida y por Nos adoctrinada.

XI.- Inmediatamente se harán preparativos para la reforma de los Códigos de Enjuiciamiento Criminal y Penal. Se avanzará en la restricción de las libertades concretas jurídicas de los europeos y oriundos de Europa. Cada vez más se irá imponiendo un “estado de excepción” que estará orientado no solo al control de musulmanes, sino también a la represión de nazis, fascistas y de cualesquiera súbditos que se atrevan a abogar por una población blanca libre e independiente de Nos.*

* Se calificará de malos a cuantos hagan apología de sus respectivas patrias y de cualquier monoculturalidad, preminencia del Cristianismo y suficiente homogeneidad étnica de sus respectivos pueblos y naciones. Serán calificados de : xenófobos, insolidarios, discriminadores abyectos e instigadores del odio (criminalizado)  a seres humanos, …  todos aquellos que se expresen contra judíos o contra políticas ostensiblemente judías de hegemonismo mundial, multiculturalismo, multireligiosidad y adulteración inmigracional de los pueblos blancos, en especial Europa: Francia, España, Grecia, Italia, etc., pero sobre todo Alemania y los países nórdicos, de modo que la raza nórdica y sus individuos cada vez sean menos en proporción a los inmigrados de étnias extrañas de heterorreligiosos y heteroculturales judíos, negros, negroides y marrones habitantes de esos territorios.

Estas reformas que serán presentadas como medidas necesarias y urgentes para combatir el salazismo y los extremismos, reverterán inmediata y prioritariamente contra los autóctonos europeos que quieran patrias “puras” y “libres”; los combatiremos y llamaremos, radicales, criminales, fascistas, y así a cuantos se opongan a lo que denominamos democracia y a la libertad de expresión entendida como libertad de hablar contra todos los blancos menos contra judíos como tales, y libertad de ser “demócrata” de un modo u otro, pero jamás como libertad para pensar y expresarse contra nuestro régimen judío que proclamamos democrático y el único legítimo, cuando en realidad es nuestro mejor instrumento ideológico de dominación total sobre goim.

Nos el Grande en el Consejo de Grandes y por mandato de éste para el advenimiento del Mesías en nombre de Beelzebú y su eterna victoria sobre Jesús enemigo de nuestro Principe, e impostor según nuestra Ley judía.

APENDICE I.

ALOCUCIÓN DEL SOCIALISTA REPUBLICANO LIBERAL HOLLANDE

Mes chers compatriotes,

Aujourd’hui, la France a été attaquée en son cœur, à Paris, dans les locaux-mêmes d’un journal. Cette fusillade d’une violence extrême a tué douze personnes et en a blessé plusieurs. Des dessinateurs de grand talent, des chroniqueurs courageux sont morts. Ils avaient marqué par leur influence, par leur insolence, par leur indépendance des générations et des générations de Français. Je veux ici leur dire que ce message de la liberté, nous continuerons à le défendre en leur nom.

Ce lâche attentat a également tué deux policiers, ceux-là mêmes qui étaient chargés de protéger CHARLIE HEBDO et la rédaction de ce journal, qui était menacée depuis des années par l’obscurantisme et qui défendait la liberté d’expression.

Ces hommes, cette femme, sont morts pour l’idée qu’ils se faisaient de la France, c’est-à-dire la liberté. Je veux ici en votre nom, dire toute notre reconnaissance aux familles, aux éprouvés, aux blessés, aux proches, à tous ceux qui sont aujourd’hui meurtris dans leur chair par ce lâche assassinat. Ce sont aujourd’hui nos héros et c’est pourquoi demain sera une journée de deuil national. Je l’ai décrétée. Il y aura à douze heures un moment de recueillement dans tous les services publics et j’invite toute la population à s’y associer. Les drapeaux seront en berne trois jours.

Aujourd’hui, c’est la République toute entière qui a été agressée. La République, c’est la liberté d’expression. La République, c’est la culture, c’est la création, c’est le pluralisme, c’est la démocratie. C’est cela qui était visé par les assassins. C’est l’idéal de justice et de paix que la France porte partout sur la scène internationale et ce message de paix, de tolérance que nous défendons aussi à travers nos soldats pour lutter contre le terrorisme et le fondamentalisme.

La France a reçu des messages de solidarité et de fraternité du monde entier et nous devons en prendre toute la mesure. Nous devons répondre à la hauteur du crime qui nous frappe, d’abord en recherchant les auteurs de cette infamie et faire en sorte qu’ils puissent être arrêtés, puis ensuite jugés et punis très sévèrement. Tout sera fait pour les appréhender. Aujourd’hui, l’enquête avance sous l’autorité de la justice.

Nous devons aussi protéger tous les lieux publics et le gouvernement a mis en place ce que l’on appelle le plan Vigipirate Attentat, c’est-à-dire que des forces de sécurité vont être déployées partout, là où il peut y avoir le début d’une menace.

Enfin, nous devons être nous-mêmes conscients que notre meilleure arme, c’est notre unité, l’unité de tous nos concitoyens face à cette épreuve. Rien ne peut nous diviser, rien ne doit nous opposer, rien ne doit nous séparer. Demain, je réunirai les présidents des deux assemblées ainsi que les forces représentées au Parlement pour montrer notre commune détermination.

La France est grande quand elle est capable dans une épreuve de se mettre au meilleur niveau, c’est-à-dire à son niveau, le niveau qui a toujours fait que la France a pu surmonter des épreuves. La liberté sera toujours plus forte que la barbarie. La France a toujours vaincu ses ennemis quand elle a su justement faire bloc autour de ses valeurs. C’est ce que je vous invite à faire. Le rassemblement, le rassemblement de tous, sous toutes ses formes, voilà ce qui doit être notre réponse.

Rassemblons-nous face à cette épreuve. Nous gagnerons car nous avons toutes les capacités de croire en notre destin et rien ne pourra nous faire fléchir de la détermination qui est la nôtre.

Rassemblons-nous.

Vive la République et vive la France !

http://www.elysee.fr/declarations/article/allocution-a-la-suite-de-l-attentat-au-siege-de-charlie-hebdo/

APENDICE II.

Affaire Siné

 

Siné au Salon du livre de Paris, mars 2007

L’affaire Siné est une polémique basée sur une accusation d’antisémitisme à l’encontre du dessinateur et caricaturiste politique françaisSiné, de son vrai nom Maurice Sinet.

L’affaire débute le 2 juillet 2008, avec une chronique de Siné dans l’hebdomadaire Charlie Hebdo dans lequel celui-ci critique Jean Sarkozy, fils du président nouvellement élu, Nicolas Sarkozy. Il est reproché à Siné d’avoir déclaré : « Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l’UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le Parquet a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n’est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! »

Philippe Val, directeur de la publication du journal, lui annonce alors son licenciement, le 15 juillet 2008.

De nombreux intellectuels français prennent parti dans la controverse, qui mêle plusieurs thèmes, dont ceux de l’antisémitisme — et de l’accusation d’antisémitisme —, mais aussi de ses rapports présumés avec l’antisionisme et la critique de l’État d’Israël ; la liberté d’expression, en particulier dans l’hebdomadaire satirique qu’est Charlie Hebdo, qui a publié peu de temps auparavant les caricatures de Mahomet du journal danois Jyllands-Posten, etc. Peu de temps après, Siné fonde Siné Hebdo.

Pour beaucoup de ses soutiens, le contexte interne à l’hebdomadaire satirique explique une part de la controverse, qui voit notamment une pétition de soutien en faveur de Siné circuler, ainsi qu’une tribune à charge rassemblant une vingtaine de signatures dans le journalLe Monde.

Cette affaire donne lieu à plusieurs procès :

  • Siné est poursuivi devant la 6e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Lyon par la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) pourincitation à la haine raciale. Ce n’est pas le premier procès de Siné. En 1985, Siné avait déjà été accusé, notamment par la LICRA, d’avoir tenu des propos antisémites. LeProcureur général de chaque procès requiert la relaxe1,2. Il est finalement relaxé de l’accusation d’antisémitisme le 24 février 2009, les juges considérant qu’il avait usé de son droit à la satire3.
  • Siné poursuit Claude Askolovitch en diffamation devant la chambre de la presse du tribunal correctionnel de Paris, plainte dont il est débouté le 3 mars 20094.
  • Le 30 novembre 2010, le tribunal de grande instance de Paris a condamné la société les Éditions Rotatives, société éditrice du journal Charlie Hebdo, à payer à Siné40 000 euros de dommages et intérêts pour rupture abusive de leur collaboration.
  • En décembre 2012, la cour d’appel de Paris confirme la condamnation de Charlie Hebdo et augmente le montant des dommages et intérêts à 90 000 euros 5.

L’affaire[modifier | modifier le code]

La déclaration de Siné[modifier | modifier le code]

Dans une chronique publiée le 2 juillet 2008 dans l’hebdomadaire Charlie Hebdo, Siné écrit à propos de Jean Sarkozy :

« Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l’UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le Parquet a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n’est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! »

Ce texte, basé sur une information donnée par Patrick Gaubert, président de la Licra, au journal Libération6,7 ne suscite aucune réaction particulière jusqu’à ce que six jours plus tard, Claude Askolovitch, alerté par l’entourage de Jean Sarkozy, dénonce sur RTL « un article antisémite dans un journal qui ne l’est pas », après quoi Philippe Val condamne le texte de Siné dans son journal.

Siné, après avoir rédigé une lettre d’explications et d’excuses à paraître, se rend compte que Philippe Val voulait publier conjointement un texte qu’il voulait faire signer par toute la rédaction — une partie refusera, dont Michel Polac, et le texte ne sera pas publié —, ce qu’il considère comme « une pétition contre lui ». Il trouve cela « dégueulasse » et refuse donc de publier ses excuses. Dans sa lettre d’excuses non publiée, il explique que c’est la conversion à une religion, quelle qu’elle soit, qu’il condamne, ainsi que « la fascination de la famille Sarkozy pour le fric ». Il déclare aussi comprendre que son billet puisse être mal interprété, reconnaissant qu’il pouvait y avoir ambiguïté et s’excuse en conséquences auprès des lecteurs qui l’auraient compris ainsi8.

Éviction de Charlie Hebdo[modifier | modifier le code]

Philippe Val lui annonce alors son licenciement, le 15 juillet 20089.

Philippe Val explique la vigueur de sa réponse et le renvoi de Siné comme une nécessité afin d’éviter un procès qu’aurait pu intenter la famille Darty contre Charlie Hebdo, un collaborateur de Jean Sarkozy lui ayant téléphoné pour lui signifier cette intention de procès10. L’entourage de Jean Sarkozy assure de son côté n’avoir jamais contacté Charlie Hebdo et n’avoir jamais menacé le journal de procès11. Un journaliste de Marianne explique que cette affaire est en partie due au mauvais climat qui règne à Charlie Hebdo, évoquant des conflits éditoriaux entre Philippe Val, Cavanna, Michel Polac et Siné sur le soutien qu’a affiché Philippe Val pour l’avocat du groupe Clearstream, Richard Malka, qui est aussi l’avocat du journal12. Siné annonce le 17 juillet son intention de porter plainte pour diffamation à l’encontre de ceux qui l’ont accusé d’antisémitisme13.

Siné affirme avoir eu vent de la rumeur concernant la conversion de Jean Sarkozy par les propos de Patrick Gaubert, président de la LICRA. On peut lire à son propos dansLibération du 23 juin : « Il remarque qu’aujourd’hui, le fils de Nicolas Sarkozy, Jean, vient de se fiancer avec une juive, héritière des fondateurs de Darty, et envisagerait de se convertir au judaïsme pour l’épouser. « Dans cette famille, on se souvient finalement d’où l’on vient », s’amuse-t-il. »6 De son côté, l’hebdomadaire Marianne considère que la rumeur de conversion de Jean Sarkozy au judaïsme est infondée14.

Dans une chronique non publiée par Charlie Hebdo mais révélée par le Nouvel Observateur, il se présente le poing levé, un « Siné et Mirabeau » annonce qu’il ne partira « que par la force des baïonnettes »15.

Pour avoir annoncé le licenciement de Siné bien avant qu’il ne reçoive sa lettre de rupture et sans période de préavis, la société éditrice de Charlie Hebdo, les Éditions Rotatives, est condamnée par le tribunal de grande instance à verser 40 000 euros de dommages et intérêts à Siné pour rupture abusive de contrat. Le communiqué judiciaire doit être publié sur un bandeau de 15 centimètres en une de l’hebdo16. Charlie Hebdo fait appel, et en décembre 2012, la cour d’appel de Paris confirme la condamnation et augmente le montant des dommages et intérêts à 90 000 euros 5.

Le passé déterré[modifier | modifier le code]

Radio Carbone 14[modifier | modifier le code]

En août 1982, peu de temps après la fusillade de la rue des Rosiers et dans le contexte de l’intervention de l’armée israélienne au Liban de juin 1982, Siné est invité par Jean-Yves Lafesse à une discussion sur les ondes de la radio libre Radio Carbone 1417, Siné avait alors déclaré, à quatre heures du matin lors d’une nuit arrosée :

« Je suis antisémite depuis qu’Israël bombarde. Je suis antisémite et je n’ai plus peur de l’avouer. Je vais faire dorénavant des croix gammées sur tous les murs… Rue des Rosiers, contre Rosenberg-Goldenberg, je suis pour… On en a plein le cul. Je veux que chaque Juif vive dans la peur, sauf s’il est pro-palestinien… Qu’ils meurent ! Ils me font chier… Ça fait deux mille ans qu’ils nous font chier… ces enfoirés… Il faut les euthanasier… Soi-disant les Juifs qui ont un folklore à la con, à la Chagall de merde… Y a qu’une race au monde… Tu sais que ça se reproduit entre eux, les Juifs… C’est quand même fou… Ce sont des cons congénitaux. »18

Il publie ultérieurement une lettre d’excuses19 à la LICRA sous forme d’encarts publicitaires dans le journal le Monde, affirmant avoir été ivre au moment de ces déclarations. La LICRA retire alors sa plainte, son avocat Bernard Jouanneau déclarant à propos de cette lettre :

« Lisez, apprenez-la par cœur, récitez-la à vos enfants. Vous avez là un morceau d’anthologie, une page du cœur. […] À la prochaine audience, je pourrai serrer la main de Siné. »20

Le Comité juif d’action à travers l’avocat Gilles-William Goldnadel continue cependant l’action en justice et Siné est finalement condamné, le 12 février 1985, pour « provocation à la discrimination, la haine ou la violence raciale ».

La lettre d’excuses de Siné et la réponse de Jouanneau seront amplement citées lors de la polémique suscitée par l’éviction de Siné de Charlie Hebdo. Siné affirmera notamment que la non-publication de sa lettre d’excuses par la LICRA avait causé le départ de Me Jouanneau de cette organisation. Une version démentie par Me Jouanneau dans une réponse publiée le 5 septembre 2008 par Libération, où il précise qu’il a quitté la LICRA dix ans plus tard et pour des motifs qui n’avaient rien à voir avec l’affaire Siné. L’avocat ajoute, à cette occasion :

« J’ai cru à votre sincérité du moment, aujourd’hui, je m’interroge… Car le tollé provoqué par votre sortie sur Jean Sarkozy, qui ne semble pas, cette fois, provenir des effluves du whisky consommé en abondance, révèle, quoi qu’on en dise, à tout le moins un arrière goût de ce fameux “antisémitisme à la française” qui ressurgit malheureusement sous votre plume. Pour reprendre l’expression d’Edwy Plenel qui fait le point sur Mediapart dans son papier intitulé “la Vérité des faits contre la folie des opinions” il relèverait seulement du “subliminal” et non de “l’explicite”. Je ne vous tiens toujours pas pour un “antisémite” et je doute que l’on puisse vous en convaincre ; mais pourtant, je ne signerai pas la pétition de soutien qui circule en votre faveur. […] On ne peut sans doute pas vous taxer “d’antisémitisme” au regard de votre passé et de la place que vous avez occupée dans la presse de ce pays. Pas plus qu’on ne pouvait le faire des magistrats français qui en 1952 ont pourtant relaxé un journaliste d’Aspects de la France, qui “préconisait une saine méfiance envers les juifs, au nom d’un antisémitisme à la française, qualifié de “mesuré et raisonnable” simplement, parce qu’il n’était pas établi qu’il ait eu l’intention d’exciter ses lecteurs à un sentiment passionné tel que la haine envers les juifs”21. »

Cet épisode sera plus tard repris comme « preuve » dans la polémique opposant partisans de la thèse d’un Siné antisémite et défenseurs de Siné, bien que plusieurs proches du dessinateur aient affirmé qu’il n’y a pas, malgré les propos, d’antisémitisme chez le dessinateur, mais seulement de la provocation22. Le dessinateur Charb déclarera notamment :

« Si un avion d’Africains s’était écrasé la veille, il aurait dit : “Bien fait pour leur gueule” sur Carbone 14. Son truc, c’est de choquer ou d’être du côté de l’opprimé. Pour Europalestine, je lui avais déconseillé, mais il me disait : “Mais si, ça va faire chier !” »

Texte de Desproges[modifier | modifier le code]

Dans une chronique humoristique pour l’émission le Tribunal des flagrants délires sur France Inter, Pierre Desproges, dans le rôle du procureur, déclarait à propos de Siné (dans le rôle de l’accusé)23 :

« ce morne quinquagénaire gorgé de vin rouge et boursouflé d’idées reçues, présente à nos yeux blasés […] la particularité singulière, bonjour les pléonasmes, d’être le seul gauchiste d’extrême droite de France. Xénophobe même avec les étrangers, rebonjour, masquant tant bien que mal un antisémitisme de garçon de bain poujadiste sous le masque ambigu de l’antisionisme pro-palestinien […]. »

Desproges et Siné travaillaient ensemble pour l’hebdomadaire Charlie Hebdo et s’étaient prêtés à ce sketch au second degré. Ces propos ont été cependant repris dans la presse24 sans que la nature parodique de l’émission soit précisée, laissant entendre que Desproges tenait réellement Siné pour antisémite25.

Polémique entre intellectuels[modifier | modifier le code]

Ce débat a déclenché à travers les médias une polémique entre intellectuels français sur le thème de l’antisémitisme. Ainsi, Bernard-Henri Lévy analyse l’affaire Siné, sous le titre « De quoi Siné est-il le nom ? » dans le quotidien le Monde du 21 juillet et la situe dans un contexte politique plus large, affirmant que l’antisarkozysme peut être aujourd’hui un véhicule autorisant certains à des dérives antisémites26.

Laurent Joffrin, directeur du journal Libération et ami de Philippe Val, prend part à cette polémique en apportant son soutien à Philippe Val dans un article publié dans les pagesRebonds du quotidien le 25 juillet 200827. Toutefois, si le directeur dénonce les propos de Siné qu’il juge antisémites, son article déclenche de nombreuses réactions critiques chez les internautes en raison de l’utilisation non fortuite du terme « race » pour désigner les juifs, à tel point qu’il modifie la version électronique de son éditorial28. En outre, cet article colporte plusieurs inexactitudes, dénoncées comme mensonges par Acrimed, par exemple l’accusation selon laquelle Siné n’aurait pas tenté de dissiper le malentendu29.Laurent Joffrin persistera en publiant un nouvel article dans les pages « Rebonds », le 28 juillet 2008, sous le titre « Siné, suite… », également accusé d’« omissions et insinuations » par Acrimed30.

La veille, l’historienne Esther Benbassa affirme, dans une tribune intitulée « Siné, nous aurais-tu tous rendus fous ? » :

« Ce qu’a écrit Siné n’est pas tout à fait net. Qualifier Siné d’antisémite l’est aussi peu. On accuse aujourd’hui avec de plus en plus de légèreté d’antisémitisme ceux avec qui on n’est pas d’accord. Surtout lorsqu’il s’agit du conflit israélo-palestinien. À force de brandir à tout bout de champ cet épouvantail, on ne sait plus qui est vraiment antisémite et qui ne l’est pas. Un brouillage qui au lieu d’éradiquer le mal l’entretient, en occultant les vrais antisémites. Qui donc est à l’abri ? Qui peut prétendre aujourd’hui qu’il ne sera pas un jour taxé d’antisémitisme ? Tout glissement de langage peut charger d’infamie celui qui l’a commis. Est-ce qu’on dira de Laurent Joffrin, directeur de Libération, qu’il est antisémite parce qu’il utilise le mot de “race” en parlant des Juifs dans son article publié le 25 juillet dans son journal, pour défendre Philippe Val ? »31

Pétition soutenant Siné[modifier | modifier le code]

Une pétition32 déclarant « Nous apportons notre soutien inconditionnel à Siné » a été signée par plus de 26 000 internautes33, parmi lesquels des dessinateurs dont Jacques Tardi, Jihel (auteur de nombreuses cartes postales de soutien), Barbe, Tignous, Diego Aranega, Willem, Jacques Lardie, Pétillon, Pichon, Philippe Geluck, Desclozeaux, des écrivains tels Gilles Perrault, Annie Ernaux, François Maspero, Régine Deforges et Raphaël Confiant, des philosophes comme Michel Onfray et Daniel Bensaïd, les humoristesGuy Bedos34 et Christophe Alévêque, l’écrivain et cinéaste Fernando Arrabal, les réalisateurs Jean-Luc Godard, Pierre Carles, Lionel Soukaz, des enseignants, des journalistes (Denis Robert, Denis Sieffert), l’acteur Gérard Depardieu, les comédiennes Marina Vlady et Yolande Moreau, le porte-parole de la LCR Alain Krivine, Olivier Besancenot, l’entarteur Noël Godin35, le vice-président de l’Union juive française pour la paix Pierre Stambul, le musicien François Hadji-Lazaro, le DAL ou encore Rony Brauman, ex-président de Médecins sans frontières36.

Tribune du 31 juillet dans le Monde[modifier | modifier le code]

Une vingtaine de personnalités se prononcent en faveur de Philippe Val dans une tribune publiée dans le Monde du 31 juillet37, et rappellent un certain nombre de propos du dessinateur, dont ses propos d’août 1982 (voir ci-avant) et des propos qualifiés d’homophobes[Par qui ?] datant du 2 juillet 1997 (« Siné écrivait à propos de la Gay Pride : “Loin d’être un empêcheur d’enculer en rond, je dois avouer que les gousses et les fiottes qui clament à tue-tête leur fierté d’en être me hérissent un peu les poils du cul” »). Parmi les signataires : Alexandre Adler (journaliste et historien) ; Élisabeth Badinter (publicitaire et philosophe) ; Robert Badinter (sénateur) ; Pascal Bruckner (écrivain et philosophe) ;Hélène Cixous ; Bertrand Delanoë (maire de Paris) ; Jean-Claude Gayssot (vice-président de la région Languedoc-Roussillon) ; Blandine Kriegel (philosophe et présidente du Haut Conseil à l’intégration) ; Claude Lanzmann (cinéaste) ; Daniel Leconte ; Pierre Lescure (directeur du Théâtre Marigny) ; Bernard-Henri Lévy ; Daniel Mesguich (directeur du Conservatoire national supérieur d’art dramatique) ; Ariane Mnouchkine (metteur en scène) ; Elisabeth Roudinesco (psychologue) ; Joann Sfar (dessinateur) ; Dominique Sopo(président de SOS-racisme) ; Fred Vargas (écrivain) ; Dominique Voynet (sénatrice) ; Elie Wiesel (Prix Nobel de la paix).

Réponses[modifier | modifier le code]

Le Nouvel Observateur publie un article intitulé « Quand Siné appelait la France à reconnaître son rôle dans la Shoah », rappelant que Siné avait signé en 1992 une pétition demandant à l’État de reconnaître la responsabilité de la France dans la déportation des juifs au cours de l’Occupation.

L’inspecteur du travail Gérard Filoche, dans une tribune intitulée « Ô combien je soutiens mon pote Siné contre les 20 que vous êtes ! »38, dénonce la courte vue des critiques contre Siné, « qui n’a commis d’autre “crime” récent que de s’en prendre au fils Sarkozy », oubliant les années de courage de Siné. Il décrie avec colère un « autodafé » de l’œuvre de Siné réalisé à partir de citations tronquées. L’historien Maurice Rajsfus publie aussi une tribune soutenant Siné39, ainsi que l’avocate Gisèle Halimi, ayant participé à la fondation de Charlie Hebdo40.

Pierre Rimbert, du Monde diplomatique, publie un article intitulé L’« affaire Siné » Antisémitisme : l’échec d’un chantage41 dans lequel il conclut que l’utilisation de l’accusation d’antisémitisme relève d’une stratégie plusieurs fois utilisées pour écarter un opposant, un indésirable. Selon cet article, seul « un tribunal de l’Inquisition et ses juges inamovibles (Alain Finkielkraut, Ivan Rioufol, Alexandre Adler, Philippe Val, Bernard-Henri Lévy) », pourraient argumenter dans la sphère publique, et de citer « leurs dérapages sur, par exemple, la couleur des joueurs de l’équipe de France ou l’assimilation de l’islam au terrorisme. ». Le même article cite « Edgar Morin, Pierre Péan et Philippe Cohen, Daniel Mermet, Hugo Chávez, Pascal Boniface, Jacques Bouveresse, Charles Enderlin, Pierre Bourdieu, José Bové… sans oublier Le Monde diplomatique » qui ont aussi été soupçonnés ou accusés d’antisémitisme selon les mêmes principes par les mêmes. L’article conclut en assurant que « cette fois, l’affaire semble se retourner contre ses instigateurs ».

Cette affaire donne également lieu à une mobilisation très importante sur internet (blogs, réactions de lecteurs, forums…), dont l’opinion penche majoritairement en faveur de Siné42. De ces soutiens, le dessinateur créera un nouveau journal intitulé Siné Hebdo. Le premier numéro remporte un grand succès commercial (150 000 exemplaires vendus, plus des retirages43).

La LICRA déboutée de sa plainte contre Siné[modifier | modifier le code]

La LICRA juge les propos de Siné « indignes » et « appelle la plus vive et méprisante indignation »44, puis dépose une plainte contre Siné. Ce dernier est cité à comparaître le 9 septembre 2008 devant la 6e chambre correctionnelle (presse) du tribunal de grande instance de Lyon par la Licra pour « incitation à la haine raciale ». Cette citation à comparaître vise deux chroniques de Siné dans les Charlie Hebdo du 11 juin 2008 et du 2 juillet 2008. D’après la Licra « (…) Maurice Sinet a délibérément incité ses lecteurs à la haine vis-à-vis des musulmans et des juifs »45. L’audience sur le fond a été fixée au 29 janvier 2009. Elle se tient finalement les 27 et 28 janvier 200946.

Siné a été relaxé par le tribunal correctionnel de Lyon le mardi 24 février 200947. « Le tribunal considère que [Siné] s’est autorisé à railler sur le mode satirique l’opportunisme et l’arrivisme d’un homme jeune, engagé sur la scène politique et médiatique. » La Licra a fait appel de cette décision et a été débouté par la cour d’Appel de Lyon, qui juge la citation irrecevable en sa forme le 26 novembre 200948. La Cour de cassation annule cette décision (la citation était régulière, selon la cour), et renvoie l’affaire devant la cour d’appel de Lyon, qui acquitte cette fois Siné sur le fond49.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Askolovitch accusé d’avoir diffamé Siné : relaxe requise [archive]
  2. Siné fait un malaise, le procureur demande la relaxe [archive]
  3. « Le dessinateur Siné relaxé par le tribunal correctionnel de Lyon » [archive], AFP,‎24 février 2009
  4. « Siné débouté de son action en diffamation contre Claude Askolovitch » [archive], AFP,‎3 mars 2009
  5. a et b «Charlie Hebdo» doit verser 90 000 euros à Siné [archive] Libération avec AFP, 17 décembre 2012
  6. a et b (fr) Christophe Ayad et Antoine Guiral, « Sarkozy comme chez lui en Israël » [archive], sur liberation.fr, Libération,‎ 23 juin 2008 (consulté le 4 février 2010)
  7. (fr) Delfeil de Ton, propos recueillis par Sarah Halifa-Legrand, « “La phrase de Siné avait été prononcée par le président de la Licra!” » [archive], sur nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur, 28 juillet 2008
  8. Charlie hebdo zappe Siné [archive], Marianne, 15 juillet 2008
  9. « Le caricaturiste Siné renvoyé de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo » [archive],AFP, 16 juillet 2008.
  10. « Philippe Val répond aux polémiques » [archive], Nouvelobs, 30 juillet 2008
  11. Augustin Scalbert, Siné viré, Charlie Hebdo en deuil, Philippe Val dans la tourmente [archive], Rue89, 17 juillet 2008
  12. Anna Borrel, « Charlie Hebdo : fini de rire ! » [archive], Marianne, 11 juillet 2008
  13. « Renvoyé de “Charlie Hebdo”, le dessinateur Siné veut porter plainte » [archive], Le Monde, 17 juillet 2008
  14. « Sale Rumeur », Marianne, 26 juillet au 1er août 2008, p. 32.
  15. « La chronique de Siné non publiée dans Charlie Hebdo cette semaine » [archive](version manuscrite [archive]), Nouvel Obs, 23 juillet 2008
  16. Zineb Dryef, Charlie Hebdo condamné dans l’affaire Siné, Val désavoué [archive], Rue89, 9 décembre 2010
  17. (fr) Chloé Leprince, « Siné: 79 ans de dérapage plus ou moins contrôlé » [archive], surrue89.com, Rue89. Cette source contient également un extrait vidéo où Siné se justifie au sujet de cette « affaire ».
  18. Cette citation est extraite du jugement de la 17e chambre du tribunal de grande instance de Paris, en date du 12 février 1985, déclarant Siné « coupable du délit de provocation à la discrimination, la haine ou la violence raciale ». L’exactitude de la citation n’a pas été contestée par Siné et ses avocats, qui ont plaidé que Siné n’était pas en possession de ses pleines facultés au moment où il parlait à la radio en raison de son état d’ébriété, et que par ailleurs il était sous l’effet de ses sentiments anti-israéliens en raison de la guerre qui se déroulait au même moment au Liban.
  19. (fr) Siné, « Lettre de Siné à la Licra » [archive], sur Mediapart [archive], Siné, 21/22 octobre 1984
  20. (fr) Me Bernard Jouanneau, « Réponse de Me Jouanneau à Siné dans le journal de la LICRA » [archive], sur Mediapart [archive], Le Droit de Vivre, 1984
  21. (fr) Bernard Jouanneau, « Droit de réponse à Siné » [archive], sur Libération [archive],Libération,‎ 5 septembre 2008 (consulté le 4 février 2010)
  22. (fr) Chloé Leprince, « Siné : 79 ans de dérapage plus ou moins contrôlé » [archive], surRue89 [archive], Rue89, article faisant suite à la polémique autour de l’éviction de Siné du journal Charlie Hebdo.
  23. Extraits du texte [archive] de Pierre Desproges.
  24. Marc Weitzmann, Libération, 31 juillet 2008
  25. (fr) Delfeil de Ton, « Révélations sur Siné et Desproges » [archive], surtempsreel.nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur, 6 août 2008
  26. « De quoi Siné est-il le nom ? », Bernard-Henri Lévy, LeMonde.fr, 21 juillet 2008. [archive]
  27. Laurent Joffrin, «Charlie Hebdo» : sanctionner l’antisémitisme [archive], surLibération [archive], Libération,‎ 25 juillet 2008 (consulté en 4 février 2010)
  28. “Race juive” : Laurent Joffrin corrige son texte sur l’affaire Siné [archive]
  29. « Laurent Joffrin et la “race” juive : un mot “mal choisi”, dit-il » [archive], Acrimed, 26 juillet 2008.
  30. « Joffrin, journaliste, juge de Siné : une question “factuelle”, dit-il » [archive], Acrimed,1er août 2008.
  31. Esther Benbassa, « Siné, nous aurais-tu tous rendus fous ? » [archive], Rue89, 27 juillet 2008.
  32. texte d’une pétition rédigée à l’initiative d’Éric Martin, Benoît Delépine et Lefred-Thouron, en soutien à Siné, chroniqueur de Charlie Hebdo, dont le licenciement a été annoncé mercredi 16 juillet [archive]
  33. La liste des signataires. [archive], au 6 août 2008
  34. texte de Guy Bedos adressé à Philippe Val, en soutien à Siné [archive]
  35. 1 pétition ayant recueilli près de 3000 signatures [archive]
  36. site de soutien à Siné publiant les 2000 premières signatures [archive]
  37. lemonde.fr [archive]
  38. Ô combien je soutiens mon pote Siné contre les 20 que vous êtes ! [archive]
  39. Maurice Rajsfus, Affaire Siné : derrière l’antisémitisme, le non-dit [archive], Rue89, 21 août 2008.
  40. Gisèle Halimi, Gisèle Halimi : le « procès en sorcellerie » fait à Siné par Val [archive],Rue89, 18 juillet 2008.
  41. L’« affaire Siné » Antisémitisme : l’échec d’un chantage [archive]
  42. Bakchich Info [archive]
  43. Affaire Siné Hebdo sur Fait d’images – le blog de françois forcadell – Iconovox [archive]
  44. « La Licra juge “indignes” les propos de Siné, licencié de Charlie Hebdo » [archive], AFP, 19 juillet 2008
  45. « Siné cité à comparaître le 9 septembre à Lyon pour ses propos controversés (Licra) » [archive], Agence France-Presse, sur lemonde.fr, 13 août 2008.
  46. Compte-rendu de l’audience du 27 janvier [archive] sur Rue89 [archive] ; compte-rendu de l’audience du 28 janvier [archive] sur Rue89 [archive].
  47. AFP [archive]
  48. http://www.libelyon.fr/info/2009/11/affaire-sin%C3%A9-la-licra-d%C3%A9bout%C3%A9e-en-appel.html [archive]
  49. « Troisième victoire du dessinateur Siné contre la Licra ! » [archive], communiqué, 5 avril 2012.

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Anuncios

Acerca de ricardodeperea

Nacido en Sevilla, en el segundo piso de la casa nº 8 (después 18) de calle Redes de Sevilla, el 21 de Septiembre de 1957. Primogénito de D. Ricardo, tenor dramático de ópera (que estuvo a punto de hacer la carrera en Milán), y pintor artístico; y de Dñª. Josefina, modista y sastre ( para hombre y mujer), mas principalmente pintora artística de entusiata vocación. Desafortunadamente dedicóse tan abnegadamente a su familia y hogar, que poco pudo pintar, pero el Arte, el retrato, dibujo y pintura fueron su pasión hasta la muerte, que la sorprendió delante de un óleo de San Antonio de Escuela barroca sevillana, y al lado de una copia, hecha por mi padre, de la Piedad de Crespi, en tiempo litúrgico de San José. Seminarista en Roma, de la Archidiócesis de Sevilla desde 1977-1982, por credenciales canónicas de Su Eminencia Revmª. Mons. Dr. Don José María Bueno y Monreal. Alumno de la Pontificia Universidad de Santo Tomás de Aquino en Roma, 1977-1982, 1984, por encomienda del mismo Cardenal Arzobispo de Sevilla. Bachiller en Sagrada Teología por dicha Universidad (Magna cum Laude), donde hizo todos los cursos de Licenciatura y Doctorado en Filosofía (S.cum Laude), y parte del ciclo de licenciatura en Derecho Canónico (incluido Derecho Penal Eclesiástico). Ordenado de Menores por el Obispo de Siena, con dimisorias del Obispo Diocesano Conquense, Su Exciª.Rvmª. Mons. Dr. en Sagrada Teología, D. José Guerra y Campos. Incardinado en la Diócesis de Cuenca (España) en cuanto ordenado "in sacris", Diácono, por Su Exciª.Rvmª. Mons. Dr. en Sagrada Teología, D. José Guerra y Campos, el 20 de Marzo de 1982. Delegado de S.E.R. Mons. Pavol Hnilica,S.J., en España. Ordenado Presbítero, por dimisorias del mismo sapientísimo, piadoso e insigne católico Doctor y Obispo Diocesano conquense, el 8 de Enero de 1984 en la Catedral de Jerez de la Frontera (Cádiz), por Su Exciª. Rvmª. Mons. D. Rafael Bellido y Caro. Capellán Castrense del Ejército del Aire, asimilado a Teniente, y nº 1 de su promoción, en 1985. Fue alumno militarizado en todo, en la Academia General del Aire de San Javier (Murcia), destinado al Ala nº 35 de Getafe, y después a la 37 de Villanubla (Valladolid); luego de causar baja, como también el nº 2 de la promoción, a causa de encubiertas intrigas políticas pesoistas [ocupó pués, así, la primera plaza el nº 3, primo del entonces presidente de la Junta de Andalucía, un Rodríguez de la Borbolla] en connivencia con el pesoista Vicario Gral. Castrense, Mons. Estepa. Fue luego adscrito al Mando Aéreo de Combate de Torrejón de Ardoz. Párroco personal de la Misión Católica Española en Suiza, de Frauenfeld, Pfin, Weinfelden, Schafhausen, ... , y substituto permanente en Stein am Rhein (Alemania) . Provisor Parroquial de Flims y Trin (cantón Grisones), en 1989-90; Provisor Parroquial (substituto temporal del titular) en Dachau Mittendorf y Günding (Baviera), etc.. Diplomado en alemán por el Goethe Institut de Madrid y el de Bonn (mientras se hospedaba en la Volkshochschule Kreuzberg de esa ciudad renana) . Escolástico e investigador privado en Humanidades, defensor del Magisterio Solemne Tradicional de la Iglesia Católica y fundamentalmente tomista, escribe con libertad de pensamiento e indagación, aficionado a la dialéctica, mayéutica de la Ciencia. Su lema literario es el de San Agustín: "In fide unitas, in dubiis libertas et in omnibus Charitas". Ora en Ontología, ora en Filosofía del Derecho y en Derecho Político admira principalmente a los siguientes Grandes: Alejandro Magno (más que un libro: un modelo para Tratados) discípulo de "El Filósofo", Aristóteles, Platón, San Isidoro de Sevilla, Santo Tomás de Aquino, los RRPP Santiago Ramírez, Cornelio Fabro, Juán de Santo Tomás, Domingo Báñez, el Cardenal Cayetano, el Ferrariense, Domingo de Soto, Goudin, los Cardenales Zigliara y González, Norberto del Prado; Friedrich Nietsche, Martin Heidegger ; Fray Magín Ferrer, Ramón Nocedal y Romea, Juán Vázquez de Mella, Enrique Gil Robles, Donoso Cortés, Los Condes De Maistre y De Gobineau, el R.P. Taparelli D'Azeglio; S.E. el General León Degrelle, Coronel de las SS Wallonien, Fundador del Movimiento católico "Rex", el Almirante y Excmº. Sr. Don Luis Carrero Blanco (notable pensador antimasónico, "mártir" de la conspiración de clérigos modernistas, y afines, suvbersivos, y de la judeleninista ETA), S.E. el Sr. Secretario Político de S.M. Don Sixto (Don Rafael Grambra Ciudad), los Catedráticos Don Elías de Tejada y Spínola y Don Miguel Ayuso, entre otros grandes pensadores del "Clasicismo Natural" y "Tradicionalismo Católico"; Paracelso, el Barón de Evola, etc. . En Derecho Canónico admira especialmente a Manuel González Téllez y Fray Juán Escobar del Corro; Por supuesto que no se trata de ser pedisecuo de todos y cada uno de ellos, no unánimes en un solo pensamiento ("...in dubiis libertas"). Se distancia intelectual, voluntaria, sentimental y anímicamente de todo aquel demagogo, se presente hipócriamente como "antipopulista" siendo "polulista", o lo haga como antifascista, "centrista", moderado, equilibrado, progresista, moderno, creador y garante de prosperidad, o como lo que quiera, el cuál, sometiéndose a la mentira sectaria, propagandística y tiránica, inspirada en cualquiera de las "Revoluciones" de espíritu judío (: la puritana cronwelliana (1648,) la judeomasónica washingtoniana (1775), la judeomasónica perpetrada en y contra Francia en 1789, y las enjudiadas leninista y anarquista), ataque sectariamente o vilipendie a Tradicionalistas, franquistas, Falangistas, Fascistas, Nacionalsocialistas, Rexistas, etc., o se posicione nuclearmente, a menudo con la mayor vileza inmisericorde, y a veces sacrílega, contra mis Camaradas clasicistas ora supervivientes a la Gran Guerra Mundial (1914-1945), ora Caídos en combate o a resultas; se considera y siente parte de la camaradería histórica y básica común con los tradicionalismos europeistas vanguardistas de inspiración cristiana (al menos parcial), y con sus sujetos, aliados de armas contra la Revolución (jacobina, socialista, comunista, anarquista).
Esta entrada fue publicada en EL SISTEMA, Etica o Filosofía Moral, ISLAM COMO SECTA, JUDAISMO, POLEMICA, POLITICA MUNDIAL, SIONISMO Y SIONISMO DEGENERADO O PROTOCOLOSIANO, SISTEMA. Guarda el enlace permanente.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s